Trips

Yalah ! Sea, snow and sand au Maroc !

Partir à la découverte de nouveaux spots de snowkite peut parfois conduire à la plage pour exploiter tous les supports offerts par le kite. C’est l’aventure que nous racontent Bertrand et ses acolytes, en vadrouille au Maroc. Yallah bina…

Tu fais quoi cet hiver ?

 

Hiver 2011 : c’est parti pour de nouvelles aventures, destination le Maroc. Toujours à la recherche de nouveaux spots de snowkite, c’est en compagnie de Valère Bouchaud, rider/caméraman, et de Johann Civel, champion de snowkite, que nous embarquons à Genève direction Marrakech. Initialement, notre pote Fabio Ingrosso devait être du voyage, mais blessé à la main, il ne peut hélas se joindre à nous. À l’arrivée, nous sommes attendus par Hamada Titi, un kitesurfer local originaire de Dakhla, et son grand sourire. Nous chargeons tout le matos dans son Nissan Patrol et prenons sans attendre la direction du Haut Atlas. Plus précisément la station d’Oukaïmeden, située à 2 600 m d’altitude, à 75 km de Marrakech, idéalement placée derrière le Jbe lToubkal qui culmine à plus de 4 000 m.

 

Snowkite…

 

À Oukaïmeden, les conditions de neige ne sont pas top, il n’a neigé qu’une seule fois depuis le début de l’hiver, mais heureusement, cette unique chute de neige date de seulement trois jours avant notre arrivée, et il y a donc un peu à se mettre sous les skis ! Bonne occasion pour apprendre à Hamada les rudiments du snowkite. Avec son expérience sur l’eau, cela ne lui pose pas de problème. Au bout de quelques minutes, et malgré ses doigts gelés, il tente ses premiers jumps avec succès. La session n’est pas incroyable, mais rien que le coucher de soleil sur le Jbel Toubkal vaut le coup d’être là ! Pour la première fois, Hamada voit une mer de nuages, phénomène inconnu au bord de l’eau ! Nous restons trois jours sur place et logeons au CAF (Club Alpin Français), dans une ambiance sympa. Dansles petits restos auxalentours, nous profi tonsde l’excellente nourrituremarocaine, avec tajines (patates, petits pois et mouton berbère) et thé à la menthe. Oukaïmeden se révèle être un bon spot pour débuter le snowkite, avec des zones de plat et également de la pente. Après avoir passé quelques coups de fil, nous décidons de bouger vers le Moyen Atlas, à Bou’Iblan, à l’est de Fès, où il y aurait, paraît-il, un peu plus de neige. La route qui y mène vient de rouvrir, seulement quelques heures avant notre passage ! Après plus de douze heures de route, nous découvrons un super spot, très sauvage, mais il n’y a pas assez de neige pour partir exploiter le domaine freeride. Pas de chance. Mais bon, je peux vous assurer du gros potentiel en balades de cette zone sous la marque des 3 000 m. Gardez un oeil sur les conditions météo du coin, car c’est sûrement l’un des plus beaux spots de snowkite du Maroc.

 

Sea, power kite and chameaux

 

Le manque de neige ne nous démotive pas. Avec 3 000 km de côte, le Maroc dispose de beaucoup de terrains de jeu pour le mountainboard et le kitesurf. Bref, l’heure est venue de changer de support… Yallah ! Nous fonçons directement à Essaouira via Meknes, Casablanca, Marrakech… Pas de vent le jour de notre arrivée, mais de belles vagues, dont Johann profite lors d’une bonne session de surf à Imessouane. C’est sa première session de surf depuis plus d’un an, alors vous pouvez imaginer son plaisir ! Le lendemain matin, il enchaîne avec une deuxième session de surf au spot de La Grotte. En début d’après-midi, le vent se lève enfin, et nous reprenons la route direction de Sidi Kaouki, un peu plus au sud. Sur place, nous nous éclatons lors d’une session mémorable de mountainboard sur la plage, juste à côté des chameaux ! Supermarrant ! Le vent forcit encore un petit peu, suffisamment pour que Johann puisse enfin se mettre à l’eau pour une session de kite dans les vagues, avec sa Frenzy 12 m.

 

L’Ozone Frenzy est vraiment le kite ultime pour la polyvalence, car même sur l’eau, elle donne d’excellentes sensations. Ce fut sans aucun doute la meilleure session de kitesurf, avec la meilleure aile à caissons que Johann n’ai jamais eue. La Frenzy est peut-être LE kite polyvalent terre-neige-eau par excellence… De son côté, Hamada, toujours avec la banane, s’éclate avec sa North Evo. Un bon massage à l’huile d’argan conclut en douceur cette pure journée au cours de laquelle nous avons réussi à enchaîne rsurf, kitesurf et mountainboard entre le lever et le coucher du soleil. Mais le voyage touche à sa fin. Nous nous promettons de revenir glisser sur la neige marocaine, notamment vers le mont M’Goun, où nous n’avons pas eu le temps d’aller. Nous garderons un excellent souvenir de ce trip multiglisse au milieu de superbes paysages. Un grand merci à notre ami Hamada… Choukran !

 

TEXTE ET PHOTOS : BERTRAND BOONE