ActuEventtop actu

Le point sur le tour mondial freestyle en 2018, avec Paul Serin

Pour la énième fois depuis la fin du PKRA, le tour mondial freestyle change de nom. Après le VKWC, la WKL, vous pouvez maintenant dire bonjour au WKC (World Kiteboarding Championship). Si vous non plus vous ne comprenez rien à cette instabilité quasi permanente du milieu compétitif, Paul Serin a la gentillesse d’essayer d’éclairer notre petite lanterne.

Alors, je vais essayer de simplifier au maximum la situation. Pour cela, il faut commencer par quelques présentations :
GKA = Global Kite Sports : association regroupant la quasi-totalité des marques de kite et accessoires.
World Sailing = les big boss, qui détiennent les titres de champion du monde et gèrent internationalement tous les sports de voile.
KRU = Kiteboarding Riders United : c’est nous, les riders.

2016 : Le GKA prend les choses en mains
Il y a maintenant 2 ans, le GKA s’est créé pour prendre en main l’avenir des compétitions : le tour de vagues avait disparu, le tour de freestyle n’avait plus aucun sens et le strapless freestyle grandissait de plus en plus. Le World Sailing leur a donné tous les titres officiels de champion du monde. Ils ont donc mis en place un tour de strapless freestyle/vagues qu’ils gèrent eux-mêmes et ont confié le titre de champion du monde freestyle à la World Kiteboarding League (WKL).

Fin 2017 : La fin du contrat avec le WKL
Les saisons 2016 et 2017 avec le WKL ne se sont pas aussi bien passées que prévu, et le GKA a finalement signé un contrat avec le KRU leur confiant le titre pour les années 2018 et 2019.
Le KRU a alors proposé au manager du tour WKL, Danny Galiart, de travailler pour eux en freelance pour s’occuper de l’organisation du tour. Sauf que Danny n’a pas voulu signer de contrat de moins de 5 ans avec le KRU, mais le KRU ne pouvait signer que 2 ans en raison de la durée du contrat avec le GKA… Après des semaines de négociations, aucune entente n’a pu être trouvée, nous avons donc décidé, suite à un vote, de nous séparer de Danny. Sauf qu’il y avait un hic, Danny avait la main mise sur tous les réseaux, ainsi que sur le site. Et surtout, le WKL était sous son nom, alors, afin que nous puissions utiliser tout ça et bénéficier de la notoriété du WKL des 2 années passées, Danny nous a demandé la maudite somme de… 50 000 euros !

 

2018 : Le KRU crée le World Kiteboarding Championship (WKC)
Un dilemme se présentait alors à nous : repartir de zéro ou payer Danny ? Nous avons donc voté et la majorité des riders ont voulu repartir de zéro, avec un nouveau nom, un nouveau tour et surtout une gestion par une seule personne, en qui tous les riders ont confiance. C’est comme ça qu’est né le WKC, le nouveau tour de freestyle. Nous avons déjà 3 étapes validées pour la saison 2018 : Allemagne, Turquie, Maroc  et d’autres sont encore à confirmer.

2018 : Parallèlement au WKC, le GKA créé les Air Games
Le GKA regroupant les dirigeants des plus grandes marques de kite, ils décident donc de la direction dans laquelle ils aimeraient que le kite se dirige. Devant le succès du King of The Air ces dernières années, ils ont eu envie de revenir sur un format de compétition plus spectaculaire et compréhensible pour le grand public. Ce sont les Air Games ! Big jump, Kiteloop, board off et handle pass seront au rendez-vous. 3 étapes nous attendent cette année : le Mondial du Vent à Leucate, Tarifa et Cabarete.

Tout le monde se demande si ce tour de freestyle va enfin tenir la route… Je l’espère fort ! Je pense que l’on apprend de nos erreurs et qu’on ne refera pas les mêmes.
De mon côté, je participerai aux 2 tours cette année, je prends vraiment du plaisir à refaire du big air, mais mon cœur reste quand même dans le freestyle.
À voir comment tout cela évolue, mais j’ai peur que le fait qu’il y ait deux tours en parallèle ne soit que confusion… À l’avenir, pourquoi ne pas réunir les 2 et mixer les tricks freestyle et big air ?…

Crédits photos : Fabio Ingrosso, Mariano Arias, Gordon Schücker.