archives

Julien Kerneur – Exclusif

Interview du champion du monde de race sur la saison 2012.

 

Julien Kerneur, 20 ans, rider RRD.

 

""

photo : Sharkeye/Reload prod.

 

Nous avons rencontré Julien Kerneur, champion du monde en titre de race, sur les spots du Cap Vert. L’occasion d’aborder la saison 2012, qui s’annonce très chargée.

 

– Julien, quel va être ton programme cette année ?

Il y a beaucoup de compétitions, je vais suivre toutes les épreuves de race, celles du championnat de France (4 étapes), du Tour européen KTE (5 étapes), du PKRA (8 étapes), le championnat nord-américain (3 étapes) avec San Francisco, Vancouver et Porto Rico qui reste à confirmer, l’épreuve de championnat du monde IKA au Brésil et celle du championnat d’Europe IKA en Italie, plus les trials des J.O. à Santander.

 

– Cela fait 23 étapes, suis-tu un entraînement spécifique pour ça ?

Suite à ma blessure (rupture du LCA au genou droit) je fais attention, je navigue régulièrement mais je n’ai pas d’entrainement physique particulier.

 

– Race (course racing), longue distance, speed crossing, kite cross, explique-nous les différences et ce à quoi tu t’adonnes.

La race c’est typique à la voile, un parcours up & down départ face au vent, qui engendre pas mal de tactique. Le speed crossing c’est un slalom travers-travers sans remontée au vent, possible également en twintip. La longue distance c’est une traversée type raid d’un point A à un point B, en aller retour. Le kite-cross se fait par poules, c’est un slalom downind en W, très serré et très rapproché. Je ne fais que de la race, de toute façon je ne pourrais pas tout faire, il y a trop d’évènements.

 

– Open, série (ou production), explique-nous les particularités et ce que ça implique pour toi.

Pour le classement et les primes IKA, tout se fait avec un support produit en série, il faut que la marque produise de série au moins 50 planches du modèle utilisé et ça marche aussi pour les ailes, avec une production de 25 ailes par surface. Si tu veux faire la compétition sur un custom, tu peux le faire, mais ça ne comptera pas pour le classement. Les coureurs doivent enregistrer leurs ailes en début d’année, tu as le droit à 3 tailles d’ailes par événement.

 

– Le kitesurf aux J.O., pour ou contre ?

Pour, dans le sens où c’est une étape clé dans une carrière de sportif de haut niveau, mais ce n’est pas forcément bon pour le sport en lui-même, ça peut plomber le kite et son marché, comme ça l’a fait pour le windsurf.

 

– Ton arrivée chez RRD a changé quoi pour toi ?

J’ai été intégré directement au développement de la race. Par exemple j’ai pu travailler seul avec le shaper Aurelio Verdi sur la K-race 70, idem pour la RRD Addiction 2012. Je vais aussi souvent en Italie tester les nouveaux protos avec Roberto Ricci.

Merci Julien, bonne chance pour 2012 !

 

 

""

photo : Sharkeye/Reload prod.