Actuarchivestop actu

Angely Bouillot ou la rideuse aux multiples talents

Interview

Angely B

Nom : Angely Bouillot

Age : 29 ans

Home spot : Leucate, France

1. Nous avons eu l’occasion d’échanger avec toi lors des championnats NASSI où tu es devenue la reine du speed… Que fais-tu en ce moment ?

“Je reviens tout juste d’Afrique du sud. J’attendais beaucoup de ce voyage. Tout d’abord, j’espérais pouvoir participer au King Of The Air. Ensuite, de pouvoir m’entraîner dans de super conditions pour prendre un bon niveau et enfin, de pouvoir travailler en temps qu’entraîneur. Malheureusement, une mauvaise chute dès les premiers jours m’a complètement handicapée au niveau des genoux avec l’impossibilité de reprendre tout entraînement, ce qui a totalement changé mon objectif pour le reste du voyage. De retour en France, je me rééduque en reprenant le sport doucement et retrouve un réconfort dans mes créations vestimentaires et aussi des sculptures en métal.

2. Alors comme ça, des bruits courent comme quoi tu serais la nouvelle Usain Bolt féminine. Parle nous un peu de cette année 2016.

L’année 2016 fut une belle réussite pour moi avec l’aboutissement d’un travail qui m’a permis d’obtenir un titre de championne du monde en speed et aussi de la réussite en longue distance. Ce qui m’a donnée une certaine notoriété et une meilleur confiance en moi et en mon sport.

3. On parle aussi de ton niveau engagé en Big Air… D’ailleurs, la petite anecdote de Len10 quand il te dit que tu envoies comme un mec, on se doute que ça doit te motiver ?

En Afrique du sud, j’ai eu l’immense plaisir de côtoyer les meilleurs kitesurfers mondiaux.  Malheureusement, je n’ai pu naviguer que 6 jours avec eux et malgré cela j’ai réussi à marquer les esprits. En effet, je me suis rendu compte qu’ils parlaient de moi et notamment Ruben qui disait que j’envoyais comme un mec. J’ai vraiment été très heureuse et très surprise à la fois car je ne me rendais pas vraiment compte de mon niveau. En fin de compte, je suis passée d’un niveau national à international. J’ai donc réalisé que j’avais toutes mes chances, ce qui m’a donné des ailes pour m’entraîner davantage et obtenir un niveau supérieur une fois mon genou guéri.

4. Ta vidéo pour les présélections du KOTA envoyait du lourd, que comptes-tu faire pour t’imposer davantage dans cette discipline ?

Je remercie tous ceux qui ont participé à la réalisation de cette vidéo (mais faite dans la précipitation, elle ne me satisfait pas vraiment…). Les conditions extrêmes que l’on peut avoir à Leucate n’étaient pas présentes, le vent restait assez faible. Je compte bien m’imposer davantage dans cette discipline en participant à quelques contests de Big Air. Pour cela, j’ai besoin de m’entraîner d’une façon plus assidue et intensive.

5. Qu’est ce qui t’a inspiré le plus pour arriver là ou tu en es ?

Je suis issue d’une famille sportive avec comme repère un grand frère très doué dans les sports de glisse : champion d’Europe en ski nautique. En ski alpin, il a intégré le groupe Coupe du Monde Vitesse pendant quelques années. Donc un modèle pour moi. C’est ce qui m’a permis de me surpasser et acquérir un mental nécessaire aux sports extrêmes. Donc mille merci à lui et à mes parents qui m’ont toujours soutenus à travers toutes les épreuves.

6. Tu es devenue une pro du speed, tu tutoies merveilleusement bien le ciel… Doit-on s’attendre à d’autres surprises de ta part?

Pour le savoir, il faut me rencontrer… Je ne peux pas non plus tout dévoiler. 

Angely B

7. Quelle est ta philosophie de la vie ?

“Oublie que t’as aucune chance, Fonce !” Il n’est jamais trop tard pour accomplir tes rêves les plus fous.

8. Qu’as tu appris durant tous ces voyages à travers le monde ?

Chaque voyage est une découverte et une renaissance. Tu apprends une nouvelle langue, de nouvelles cultures, tu fais de belles rencontres… Une autre façon de vivre et de voir les choses. Une autre manière de s’adapter à un autre mode de vie. Atterrir dans un pays inconnu, c’est comme renaître une nouvelle fois.

9. Quelles sont les bases de ton entraînement pour aborder sereinement une compétition ?

Il est important d’avoir un bon renforcement musculaire en faisant du foncier en salle. Personnellement, j’ai du mal à rester enfermée et dès que je peux, je pars m’entraîner dehors, je monte des marches 2 par 2, 3 par 3… Je fais du vélo, de l’escalade, des randos… Je me détends en musique avec mes amis car il faut aussi se faire plaisir et être heureux pour que le mental fonctionne.  

Angely B

10. Quel a été le championnat le plus dur mentalement ?

La période la plus délicate et difficile fut ma première participation au mondial du vent à 26 ans car c’était l’inconnu. Premier stage de speed en Mars à Leucate et hop dans la foulée le mondial du vent en avril avec un niveau physique insuffisant. J’ai le souvenir de m’être endormie 5 minutes entre 2 manches.

11. Quelle est la chose la plus folle que tu aies jamais faite ? 

Heureusement pour moi j’en ai plusieurs, en voilà une : Je me suis baignée dans une baignoire de spaghettis bolo, sans la viande bien-sûr (enfin avec du recul, la viande c’était moi) placée en plein milieu d’un parc public de Rennes avec tout le décor qui va avec et des guirlandes de bonbons. C’était une vieille baignoire en métal qu’on réchauffait en plaçant une gazinière portative en dessous. À force ça me brûlait la peau des fesses, du coup je calais des pattes en dessous. Il n’y a pas eu beaucoup de passant mais ceux que j’ai vus hallucinaient totalement ! Il y en à même un qui s’est arrêté pour nous dessiner. Joli cadeau d’anniversaire !     

12. Quelles sont tes objectifs pour l’année 2017 ?

J’aimerais m’orienter vers le Big Air car je suis vraiment attirée par cette discipline. J’ai aussi toujours en tête d’aller en Namibie pour une tentative de record de vitesse chez les femmes… Il me faut d’abord trouver le financement et ensuite avoir une condition physique irréprochable !”

Merci Angely et bon courage pour la suite des aventures ! Angely B